Suivre un MOOC gratuit : ma première expérience

Je m’intéresse au storytelling et j’avais entendu parler des MOOC (Massive Open Online Courses), c’est à dire en français : formation en ligne, ouverte au plus grand nombre. Quand j’ai vu que l’université de Bordeaux III proposait sur la plateforme FUN (France Université Numérique), un MOOC gratuit sur le transmedia storytelling, je n’ai pas résisté et je me suis inscrite pour tester cette nouvelle façon d’apprendre en mode collaboratif.

 

Voilà comment a commencé mon premier MOOC !

Tout d’abord, je me suis inscrite gratuitement en quelques minutes. L’interface est très simple et fluide. J’ai choisi un pseudo, reçu un code d’accès. Puis, je me suis présentée sur le forum d’accueil. Et là, j’ai tout de suite ressenti une des différences essentielles avec un cours universitaire classique, car je me suis retrouvée connectée avec des personnes francophones du monde entier avec lesquelles les échanges ont commencé jusqu’à saturer mon profil.

Ensuite surprise, au moment où le cours était censé commencer, la vidéo d’introduction du cours est subitement brouillée, un message crypté apparaît indiquant que notre professeur responsable Mélanie Bourdaa a été enlevée ! Aux participants de relever le défi  et de retrouver ensemble Mélanie : une nouvelle et amusante façon de découvrir, vivre et partager ses connaissances en mode collaboratif sur les différents réseaux sociaux. Cette entrée en matière a permis de créer une communauté de « mooceur » et de renforcer l’envie de continuer l’aventure…

 

 

Comment se déroulait concrètement ce MOOC gratuit

Il était composé de 6 modules correspondant à 6 semaines où étaient mises en ligne progressivement :

  • des vidéos (l’équivalent de cours filmés),
  • des documents complémentaires à lire ou visionner
  • un quizz pas toujours simple pour valider les connaissances acquises
  • et, si l’on souhaite une certification, une grosse activité en fin de semaine

Le tout (hors activité) est censé prendre 2 heures par semaine, ce qui se révèle totalement irréaliste ! Il faut généralement compter au moins le double. L’apprentissage par vidéo est beaucoup plus dense qu’un cours réel. Il n’y a ni respiration ni reprise ni pause et pour prendre des notes, il faut le revisionner.

Par ailleurs, ce MOOC gratuit sur le transmedia storytelling proposait de nombreuses ressources en anglais dans un jargon technique qui nous a tous ralenti. Le mode collaboratif a fait que spontanément certains d’entre nous ont traduit, résumé voire transformé en infographie ces documents.

 

MOOC mode collaboratif infographie

Exemple de traduction en infographie par un participant du MOOC

Malgré cette charge de travail imprévue, j’ai été satisfaite et même étonnée d’une telle qualité de cours, de surcroît au top de l’actualité. C’est un champ entier de nouvelles connaissances que j’ai acquises grâce à ce MOOC.

Le plus intéressant a été de les mettre en pratique. En effet, à chaque module, nous avons eu des activités pratiques à réaliser seul ou à plusieurs comme imaginer une manière originale de promouvoir un film avec un jeu en réalité alternée ou bien se mettre dans la peau d’un fan !

 

Evaluation et certification du MOOC, comment ça marche ?

J’ai choisi l’option certifiante de ce MOOC, pour laquelle il fallait une réussite minimum de 80% aux quizz et 3 activités rendues sur 5. J’ai ainsi fait partie des 400 certifiés sur les 6 500 inscrits, ce qui est un ratio classique. Beaucoup s’inscrivent par curiosité. Ensuite, ils décrochent par manque de temps ou ne sont pas intéressés par cette certification. A noter que selon les organismes, elle est totalement gratuite ou légèrement payante.

Pour la première activité (l’équivalent d’un devoir), c’est le professeur responsable Mélanie Bourdaa qui a évalué plus de 600 copies. Un engagement à saluer ! Sur son compte Twitter, elle témoignait en avoir des fourmis dans les doigts et des clignements dans les yeux.

Les activités suivantes ont été évaluées en mode collaboratif, entre pairs, c’est-à dire entre participants. 3 personnes m’ont donc notée selon un barème précis et transmis leurs commentaires, ce que j’ai fait en retour. C’est une étape très intéressante qui permet de prendre du recul et de découvrir de nouveaux univers. Elle me paraît typique de cette nouvelle horizontalité des savoirs et des modes d’apprentissage collaboratifs.

 

Et si, vous aussi, vous testiez un MOOC ?

Au final, j’ai été totalement convaincue par cette forme d’enseignement collaboratif. Le MOOC permet à distance et à l’heure de votre choix :

  • d’acquérir de nouvelles connaissances (aussi bien en France qu’ailleurs)
  • de se créer un nouveau réseau de relations à travers le monde
  • de développer de nouvelles compétences applicables aussitôt

Depuis cette première expérience, j’essaie de suivre un MOOC gratuit par an. Je ne peux que vous encourager à en faire autant ! Il y en a vraiment pour tous les goûts et tous les niveaux.

Choisissez donc le MOOC qui vous plaît. Vérifiez la qualité de l’organisme qui le propose, doublez le temps indiqué et inscrivez-vous dans les délais pour bénéficier de la mise en relation entre apprenants. Généralement, les MOOC sont éphémères, ils n’ont lieu qu’autour des dates indiquées. Pour certains, les vidéos sont mises en ligne sur You Tube ou Vimeo. Pour d’autres, elles seront définitivement inaccessibles.

A vous de vous lancer et n’hésitez pas à faire part de vos expériences ci-dessous dans les commentaires !

Laisser un commentaire