Le collaboratif dans le monde rural

Vous pensez que l’économie collaborative est réservée aux seuls citadins ? Détrompez-vous… Le sens du partage et de l’entraide existe depuis bien longtemps dans les zones rurales. Dans certaines contrées, depuis la nuit des temps même.

Les agriculteurs se sont initialement regroupés en coopératives ou groupements d’intérêt. Mais ces formes de collaboration se développaient surtout entre voisins, de manière horizontale. Désormais, la révolution numérique facilite un échange de pair à pair en réseau.

Ainsi, le collaboratif dans le monde rural se déploie dans de nombreuses activités. Faisons donc un tour d’horizon de nos campagnes connectées…

 

 

Le CoFarming : le partage entre agriculteurs & éleveurs

C’est en France en 2015,  qu’est né le concept de CoFarming, repris aux Etats-Unis, en Inde et dans les pays scandinaves.

Le pionnier dans ce domaine a été le site WeFarmUp. Créé en 2015,  il permet de louer du matériel agricole entre professionnels, pour un dépannage, tester un nouveau matériel, travailler avec un matériel plus performant. Et ce, avec une géolocalisation dans un rayon de 60 kilomètres. En janvier 2017, la plateforme compte 3.700 inscrits et 2.700 matériels disponibles sur toute la France. L’objectif ambitieux de ses fondateurs, Laurent BERNEDE et Jean-Paul HEBRARD, est de créer le plus grand hangar de matériels agricoles au monde.

Dans cette lignée sont apparues de nouvelles plateformes collaboratives :

  • partager des expériences terrain avec la plateforme Agrifind. Ainsi, des agriculteurs expérimentés peuvent valoriser leur savoir-faire auprès d’autres agriculteurs qui ont besoin d’informations fiables et opérationnelles
  • échanger des parcelles sur echangeparcelle.fr.  En effet, travailler sur une parcelle isolée et éloignée de ses terres principales génère un surcoût non négligeable. Créée fin 2016, la plateforme regroupe dès le mois suivant 5.200 ha pour 550 parcelles inscrites sur le site, par 400 agriculteurs et viticulteurs. Ce sont 130 échanges, directs ou à trois, proposés aux agriculteurs. L’objectif est d’atteindre 200 parcelles par département français.
  • acquérir ou échanger des stocks de paille, foin, luzerne, le plus près de son exploitation pour minimiser le coût du transport. Et pouvoir aussi déterminer un prix de marché sans intermédiaire avec laballeronde.fr
  • échanger des données technico-économiques comme sur Farmleap.com. L’objectif innovant est de mettre l’intelligence collective au service des agriculteurs

 

Un livre blanc vient de paraître sur le collaboratif dans le monde rural sous son aspect cofarming. Il  met en lumière sa philosophie  :

Partager rapproche, posséder isole ! …Le cœur du CoFarming, c’est l’agriculteur et la capacité à échanger dans tous les sens du terme avec son voisin. Hier, il s’agissait d’un « voisin de terres ». Aujourd’hui, le CoFarming relie des « voisins numériques », mais organisés en communautés centrées autour de valeurs et d’objectifs communs.

 

Un nouveau modèle du producteur au consommateur

L’avènement du collaboratif dans le monde rural a aussi permis une mise en relation directe entre producteur et consommateur. Le premier exemple, La Ruche qui dit oui, connaît un fort engouement depuis 2011, avec plus de 5.000 agriculteurs ou artisans et 135.000 consommateurs. A ce sujet, vous pouvez lire notre témoignage sur ce blog.

Implantée plus récemment en France, une plateforme d’esprit différent OpenFood permet de multiplier des réseaux  alternatifs de mise à disposition d’alimentation sur l’ensemble du territoire. Mais son originalité est de proposer ses outils de création d’événements, de site, d’application, le tout en open source afin de permettre aux producteurs de se les approprier facilement.

 

Un renouvellement des territoires

Le monde rural, ce sont souvent des espaces où les habitants peuvent sembler isolés ou éloignés. Par conséquent les plateformes entre voisins y ont-elle encore plus d’intérêt qu’en ville pour nombre de services. Ainsi Proxiigen a fédéré plus de 15.000 voisinages où échanger du matériel, des informations, des bons plans ou des services , avec une interface pour les habitants, mais aussi pour les mairies.

Le collaboratif dans le monde rural s’appuie sur des espaces plus vastes et disponibles. Les ruraux peuvent les utiliser pour eux-mêmes ou pour les citadins. Par exemple, la Communauté de Communes du Pays de Vernoux, en Ardèche, multiplie les initiatives autour de la réhabilitation d’une friche agro-industrielle en pôle local d’économie sociale et solidaire. Elle propose notamment les service d’une ressourcerie-recyclerie, et l’aménagement d’espaces de formation et de co-working.

Tandis que la société de coworking parisienne, La Mutinerie, propose une déclinaison de ses activités dans un village percheron à 1h30 de Paris pour un coworking et coliving à la campagne. Ainsi, La Mutinerie Village se situe sur 42 hectares de prairies, rivières et sous-bois. Elle y propose un hébergement en chambres doubles, dortoir et tentes, un potager en permaculture pour les repas, un makerspace, des salles de réunion équipées et une connexion internet solide.

 

Coup de foin #1 from Mutinerie on Vimeo.

 

Le collaboratif dans le monde rural, des usages spécialisés

Toutes les activités classiques du partage se retrouvent aujourd’hui autour des campagnes. Par exemple :

  • de l’encyclopédie participative et des MOOC avec TelaBotanica, le réseau des botanistes francophones (26.000 botanistes inscrits fin 2016), qui a inspiré la création de TelaInsecta, pour les entomologistes
  • de l’hébergement pour vivre et apprendre dans des fermes biologiques (cela s’appelle le wwoofing). Par exemple, WWOOF France offre l’opportunité d’apprendre et de découvrir des techniques saines et plus respectueuses de l’environnement, par le biais de séjours actifs dans des fermes biologiques
  • et enfin du crowdfunding (relire notre article sur le sujet ici) destiné aux acteurs de l’agriculture et de l’alimentation, notamment avec la plateforme Miimosa

 

 

Et vous, quelles sont vos expériences de collaboratif dans le monde rural ? N’hésitez pas à nous en faire part sur notre page Facebook.

Laisser un commentaire